LES ACTUALITÉS

Wambrechies: après le drame, un homme jugé pour avoir harcelé la sœur d’Angélique Un homme de 46 an

Publié par "La Voix du Nord" - Chantal David | Publié le 12/03/2020


Un homme de 46 ans, obsédé par le drame du meurtre d’Angélique en avril 2018, était jugé ce jeudi à Lille pour avoir harcelé la sœur de la jeune victime.





Dès la découverte du corps d’Angélique, Me Audrey Jankielewicz, avocate de la famille, avait prévenu les proches de ce que « de tels drames réveillent parfois les pires instincts ».


Ce jeudi matin, à l’audience de juge unique, au tribunal de Lille, l’avocate est partie civile dans le procès d’Olivier Pietri, jugé pour avoir envoyé des messages malveillants à la sœur d’Angélique, entre le 28 janvier et le 7 février 2019. D’abord via la page Facebook de l’association Le sourire d’Angélique, puis directement sur son compte.


Déjà jugé pour tentative d’enlèvement

Olivier Pietri a un profil particulier. Condamné vingt fois, il avait été surnommé « l’arnaqueur de majorettes ». Son dernier passage devant le tribunal de Lille date de 2015, pour tentative d’enlèvement d’une jeune fille.


Il semble obsédé par l’affaire Angélique. Les policiers trouveront chez lui l’avis de disparition, les coordonnées de la famille et de leur avocate… L’homme affirme avoir été témoin du drame. C’est ce qu’il écrit à la sœur d’Angélique avec moult détails, que le procureur Franck Charon qualifiera à l’audience de « glauques et crus ». Le juge Marc Chemin avait tenté : « Vous ne pensez pas que vos explications ne pouvaient que la terroriser ? » La réponse est glaçante : « Je voulais qu’elle connaisse toute la vérité. »


« Le caractère malveillant est évident et important, plaidera Me Jankielewicz. Peu importe que ce monsieur nous mente ou se mente, ce qui compte, c’est l’effet. Trente-neuf messages en une journée. Il appelle ma cliente par son prénom. Il lui écrit qu’il l’a croisée au Mc Do… Elle est clairement ciblée. »


« Chaque message est un stratagème pour rencontrer la sœur d’Angélique »

Karine Six, présidente de l’association, a aussi eu affaire à Olivier Pietri, qui l’a d’abord contactée sur sa page personnelle. Elle empêchera un rendez-vous donné à la sœur d’Angélique par Olivier Pietri. Elle décèle l’imposture, derrière des messages sous le nom d’une adolescente.


Au moment de requérir, Franck Charon évoquera « un fil ininterrompu depuis mai 2018, où chaque message est un stratagème pour rencontrer la sœur d’Angélique ». En défense, Me Julien Laurent plaide la relaxe : « Pour le condamner, il faut une volonté de nuire qui n’est pas démontrée. Ses messages maladroits sont ceux d’un homme solitaire qui cherchait de la reconnaissance. »


Le procureur a requis deux ans de prison dont quinze mois assortis de sursis et mise à l’épreuve avec une interdiction de contacter la sœur d’Angélique. Le tribunal rendra sa décision le 9 avril.

JD Avocats Associés - 20 rue de Metz - 59000 Lille.

Par tél : 03 28 14 43 10

Par fax : 03 28 14 43 11

Par mail : secretariat@jd-avocats.fr

Mentions légales - Création Lune

Forme d’exercice AARPI